288.Quand une maman perd son enfant

Publié le par Ingrid

Quand une maman perd son enfant il ne lui reste que les souvenirs. Les bons et les mauvais souvenirs.

Nous deux, nous avons 7ans et presque 5 mois de souvenirs, après tout s’arrête. Il n’y a plus qu’un trou, un immense trou dans lequel je me noie souvent.

Je pourrais écrire des lignes et des lignes de nos souvenirs, des heures durant. Ils font partis de moi, ils vivent avec moi.

Il y a en tant !


19 avril 1999, il était 14h35, quand le médecin t’a mise dans mes bras. Nous n’avions pas remarqué l’absence de la bonne fée , celle qui se penche sur le berceau des enfants et qui leur promet une belle et longue vie , non , son absence ne nous avait pas étonnée , nous étions si fière de notre petite fille .


Il y a ce jour de la rentrée où nous avions emmené Cyril en classe, tu avais 18 mois, tu t’es installée avec les autres enfants en espérant que j’allais t’oublier !!!


Cette fête de l’école, le temps était triste et froid. Toi tu n’as rien trouvé de mieux que de te jeter dans le bassin de « la pêche aux canards » !!! Tu étais trempée !!!


Les petits boutons de varicelle qui t’ont littéralement envahi !


La rougeole qui t’avais fait convulser tellement la fièvre était montée, comme j’avais eu peur de la méningite ce jour là !!!


Le jour où tu m’as annoncé que tu savais rouler en vélo toute seule …je ne te croyais pas ! Tu avais appris dans la cour de l’école. Tu étais si fière de toi de me montrer comment tu pédalais …..


Tous les soirs notre façon à nous de nos dire « Bonne nuit ».


Ces mercredis après midi bricolage, pâtisserie, ballade au parc.


Ces vendredis de cours de natation, tu étais si douée.


Cette horrible prof de danse qui avait du mal avec les petites plaques d’eczéma que tu avais dans le visage.


Le déménagement dans notre nouvelle maison, cette maison que tu n’as jamais aimée …. Il n’y a que toi qui sache pourquoi.


Une Saint Nicolas où tu avais demandé une maison de Barbie, le temps que papa avait passé à la monter et le sourire que tu as eu le matin du 6 décembre en la découvrant.


Une fête des parents, à l’école. Tu étais habillées en jeans avec un T-shirt rouge, je t’avais fait des macarons, tu dépassais tout le monde d’une tête sur la scène. Je te vois encore me faire « coucou ».


Ta façon de te moquer du défaut de prononciation de ton papa …


Il y a aussi cette  bonne humeur qui t’habitait, cette joie de vivre, cette envie d’apprendre, de tout savoir....


Ton goût pour les livres.


Mais il y a surtout cette fameuse journée ! Ce fameux vendredi où nous nous sommes souvenus qu’aucunes fées n’étaient venues bénir ton berceau. Ce fameux vendredi où tout a changé.


Cette première IRM, si impressionnante pour moi et qui pour toi avait l’air de n’être qu’un simple examen.


Les moments où nous devions nous séparer pour la nuit parce qu’à Brabois les parents ne pouvaient partager la chambres de leurs enfants, ce regard qui voulait «  tu m’abandonnes ».


Les pleurs de Cyril et toi quand il était venus te voir après ton opération.


Nos parties interminables de « UNO » dans le taxi qui nous emmenait à Nancy.


Ta petite main droite qui ne voulait plus t’obéir …. Et cette petite main gauche que tu as domptée.


Cette fameuse fois où tu ne pouvais plus faire ce que François, ton kiné, avait réussi à te faire faire.


Les dizaines de dessins que tu as pu faire.


Les invitations que nous avions faites pour ton 7 éme anniversaire ….. et que nous avons du annuler.


Ce samedi où nous sommes montés en urgence à Nancy avec Karim et Danièle et surtout ce dimanche où nous nous sommes « sauvés »de cet hôpital parce que de toute façon ça n’aurait rien changé ! Et de ce Mc Do que nous avons mangé avec papa.


La joie mais surtout le sourire que tu as eu le jour où ton petit chien est arrivé.


Des kilos de fraises que tu as mangés, des centaines de crêpes que tu as dévorées !


Ce jour du mois de mai où tu as hurlé "je ne sais plus marcher."


De ces derniers mois où cette foutue maladie t’a détruite à petit feu.


Des nuits où tu avais décidé d’arracher ta sonde … ces nuits que nous passions collées l’une à l’autre.


De ce 13 septembre 2006 où la pompe à morphine a été branchée et où j’ai compris que nous arrivions à la fin. Que les miracles cela n’existe pas !


Jusque là j’y croyais, je voulais y croire, même si en mon fort intérieur je savais.

Mais comment une maman peut elle de se résigner ?

 

Il y a encore tant de chose à écrire, à dire mais je n’en ai plus la force. Tu es partie et le temps me fait comprendre que c’est pour toujours. Tu t’es envolée ,dit on, vers un monde meilleurs, un monde où soit disant je te retrouverai un jour ….. Tout ça je l’espère mais ce n’est pas ce que je voulais ! Je te voulais à mes côtés, je voulais te voir grandir, devenir une jeune fille, une jeune femme, une maman ……

J’aurais voulu te voir au côté de Cyril, t’amuser avec Elsa.

Mais non ! Parce que ces fameuses fées t’ont oubliées ce fameux 19 avril 1999.

 

 

C’est ici que tout s’arrête, c’est ici que le blog prend fin.

Parce que parler de toi est pour moi bien plus simple maintenant, écrire est trop douloureux….

Eva a fait de moi une maman différente, une personne différente, elle a fait de moi une personne meilleurs.

Mais c’est cher payé !

Eva vivait à 100 àl’heure, comme si elle savait. Eva m’a donnée une sacrée leçon de courage ! Eva m’a donnée une sacrée leçon de vie.

Quand une maman perd son enfant .....


 

Commenter cet article

Lena 08/04/2013 10:52


bonjour, je suis passée par hasard sur ce site.. et jai lu votre texte.. votre texte ma énormément bouleversée.. c est si touchant et vrai ce que vous dites.. je vous sens très forte je ne sais
pas comment vous faite.. je suis maman aussi et si cela nous arrive je ne saurai pas comment y faire face! je suis désolée de ce qui vs etes arrivée a vous et votre famille je ne peux imaginer la
douleur que vous ressentez! votre text et votre histoire avec votre fille en quelques lignes me reste en tete...vous etes une maman formidable!! je vous souhaite de trouver la paix.. de tout mon
coeur !

doriane 10/05/2010 18:14



mon adresse  n aipas  ben copier NOUSDEUX1920@HOTMAIL.FR



doriane 10/05/2010 18:13



bjr  bien  sr que je peu mais je ai pas  votre adresse mail  vs  savez je uis pastrè  douer  je vais  s donner mon adresse mil  nousdex1920@hotmail.fr merci  a vs  bonne  soirè  et  bon courage a tout ces maman qui son  dans la souffrence



béa 09/05/2010 22:22



doriane,


pouvez-vous me contacter sur ma boite mail plutot qu'ici.


désolée Ingrid



doriane 09/05/2010 20:27



bsr  bea  merci  c est  gentil  car  vs  voyer  c est le manque  d incomprehenssion qui  fais mal  les  personne qui  vs 
entour  cedetourne de vs  pas par mechanceter  je comprend  leur  geste  il ne savent tous simplement pas quoi dire


et il et   vrai que moi je suis vraiment  seule  meme  ma   famille  ma  tournè  le dos pour d autre raison mais il no n pas regarder  que c
eter un mal suplementaire  un grand merci a  vs prenais soin de vs  doriane