290.Un petit paquet bleu pour toi

Publié le par Ingrid



Nous sommes la Nuit de Noël...
Il est très tard ... si tard que seules quelques lumières clignotent encore dans la ville endormie, si tard que tous les petits yeux sont fermés...
La neige tombe à petits Flocons, tout doucement... Dans le silence de la ville qui dort, un bruit... Le Père-Noël... Lui ne dort pas, lui n'a pas fini son travail. Enfin le dernier paquet… Mais le traineau est de plus en plus lourd, pourquoi les Rennes sont-ils de plus en plus fatiguées ? Il dépose le dernier paquet devant le sapin de cette maison sous la neige, et remonte dans son traineau. Pourquoi tant de mal ? Le traîneau est pourtant vide maintenant. Comme animé d’un soupçon, le Père Noël se retourne…
Et ce qu’il voit le remplit de stupeur : cachés au fond du traîneau, longtemps dissimulés sous le cheval à bascule, une multitude de petits sacs de velours bleu attendent sagement. Qu’est-ce ? Le Père Noël n’en croit pas ses yeux. Ce n’est pas lui qui a déposé tout cela…
Il se rappelle de chaque jouet fabriqué, de chaque cadeau emballé, de chaque désir d’enfant. Et quel enfant réclamerait un petit sac de velours ? Le Père Noël ordonne aux rennes de s’arrêter, il descend du traîneau et saisit un de ces sacs. Stupeur ! Il est gonflé à bloc et lourd comme du plomb ! Le Père Noël le regarde longuement, le tourne et le retourne sans oser l’ouvrir. Il réfléchit, retrace le fil de sa tournée, persuadé que ces cadeaux n’étaient pas là quand il a embarqué. C’est alors qu’il se rappelle…
Lors de sa tournée, un Papa, ou une Maman sont sortis de leurs maisons, et se sont discretement approchés du traineau... Ce sont eux certainement qui ont glissés les petits paquets dans le traineau. Cherchant la clé de ce mystère, tournant et retournant le petit sac, il découvre, brodé sur le ruban qui le ferme, un prénom d’enfant… Chaque sachet serait donc destiné à un petit ?
Une douceur infinie traverse le regard usé du Père Noël… Il a compris. Alors il remonte dans son traîneau, fait claquer sa langue, se cambre sous l’allure des rennes repartis au triple galop et les guide à travers la ville et le froid. Ils montent encore et encore, à travers les lumières, à travers les nuages, à travers les Etoiles, vers un Monde que personne ne s'imagine un jour connaître...
Et là... pleins de petits yeux brillants le regardent. Pleins d'enfants attendent sagement. Pas un cadeau, non... juste un petit paquet bleu.
Le Pays Imaginaire est rempli désormais de rires, de joie, de bonheur... Les yeux des Enfants brillent encore plus fort que toutes les étoiles réunies, ils illuminent le ciel qui recouvre les villes endormies.

eva-002-copie-1.jpg

Commenter cet article

Nathalie(maman de Cassandra) 30/05/2010 09:44



Merci ingrid...Saches que je pense souvent à toi et à tous ces enfants partis trop tôt , ceux que j'ai connu et ceux que je n'ai pas connu comme Eva , car ils ont tous eut le même destin que ma
Cassandra...  j'écris moins souvent car la bétise des gens me met en colère ( curieusement les personnes qui n'ont pas perdu d'enfant ont toujours de " bons" conseils a nous
donner!!!!)....Gros bisous    Nathalie ( maman de Cassandra)       


 


 



Fanny 06/05/2010 15:20



Je suis tombée un peu par hasard sur votre blog. Je suis très émue en découvrant l'histoire de votre petite Eva, si jolie.


Vous m'avez tout l'air d'avoir été des parents formidables... et de continuer à l'être malgré la souffrance toujours présente.


Ma petite Lisa avait sept ans et un mois quand elle s'est envolée, tout comme Eva. Elle s'est battue comme une lionne contre sa leucémie découverte le 13 février 2009, mais ce n'était pas une
lionne...c'était un ange. Ni la chimio, ni les rayons, ni la greffe de moelle osseuse n'y ont changé quelque chose. Greffe pourtant réalisée avec la moelle de son frère jumeau. Quelle joie nous
avions eu quand les médecins nous ont annoncé qu'ils étaient compatibles tous les deux !


Je suis de Metz. Lisa a été suivie au CHU brabois, elle aussi, là encore...


Demain cela fera 5 mois qu'elle est partie. L'abscence est encore trop iréélle et la souffrance bien maintenue tout au fond de mon être. Si je la laissais s'exprimer une seconde, je sais que je
n'arriverais pas la contenir... pleurer, hurler, se rouler par terre... Je ne sais pas où ma princesse est, ça m'est bien égal, je veux qu'on me la rende.


La maladie, le CHU, secteur 2, STM : un autre monde... Que c'est difficile !


Si le coeur vous en dit, un petit blog retrace son histoire. Aujourd'hui, je n'ai plus la force d'écrire mais peut-être vais-je me lancer dans un blog comme le votre, relatant les bons (ou
mauvais) moments, raconter sa vie avant la maladie.


Si vous me le permettez, je vous embrasse chaleureusement, Ingrid.


Fanny


"princesselisa.bloguez.com"



Coralie 12/04/2010 10:14



Bonjour,


Je m’appelle Coralie j’ai 8 ans et je suis atteinte du Syndrome de Di George.


Sur mon blog associatif « Association les Amis De Coralie »


http://www.les-amis-de-coralie.blog.sfr.fr/


Il y a un article sur un appel aux dons pour m’aider à aller me faire soigner au Canada,


Je serais heureuse que vous le fassiez circuler.


Merci Coralie



fabienne (maman de Damien) 10/03/2010 14:32


un coucou en passant; je pense souvent à toi et à ta famille...
bisous

fabienne


nathalie 10/02/2010 18:22


un bisou ici chez ma princesse